Publié : 23 juin 2014

A tous les chevaliers de l’onde N°4

Le Val d’Allier


Allier forever : lecture réservée aux pêcheurs du lycée !


A tous les chevaliers de l’onde numéro n°4


J’ai la joie de vous présenter aujourd’hui ma rivière préférée :


L’Allier ou plus précisément, le Val d’Allier !

Magnifique et inquiétante rivière avec ses bancs de sable dorés, son eau limpide, ses forêts d’arbres ensablés et ses crues violentes…


Certains rabat-joie diront que cette rivière n’est plus que l’ombre d’elle-même et déploreront la dégringolade de la biodiversité piscicole…à cause du grand coupable du moment…le silure 


Il est certain que si le saumon atlantique et la grande Alose remontent encore l’axe Loire Allier pour rejoindre leurs frayères, les carnassiers endémiques que sont la perche et le brochet ont presque disparu du Val…


Et bien, faisons contre mauvaise fortune bon cœur et allons pêcher ces petits silures de l’Allier…Car si la biodiversité sous l’eau est en berne, quel régal pour les yeux et les oreilles dans les airs et sur le sol ! :

Castors, balbuzards pêcheurs, cigognes, milans noirs, guêpiers d’Europe, hirondelles des rivages, limicoles de toutes sortes, coucous, aigrettes garzettes, bihoreaux gris et bien d’autres encore…Partout les oiseaux sont là pour émerveiller le plus blasé des ornithologues !


Pour moi, cette rivière est un enchantement permanent que je vous invite à découvrir dans notre petite vidéo halieutique… La pêche ici n’est d’ailleurs qu’un alibi….L’essentiel est tout entier dans cette merveilleuse rivière et dans les pensées du pêcheur lorsqu’il s’arrête un instant, tout vibrant d’espérance puérile et de passion neuve…lorsqu’il s’arrête et s’interroge sur cette quête fébrile et sur sa présence en ce lieu paradisiaque :


« Et si c’était pour ça , qu’il revenait obstinément sur ces bords ? Pour redevenir gamin ? Pour retrouver ses huit, dix, douze ou quatorze ans naïfs, triomphants, furibards, infatigables ? Ses huit ou quatorze ans qu’il aura toujours à fleur de peau ? »*


Enfin, ne vous attendez pas à voir sur cette vidéo les monstres de la Loire ou du Rhône, vous seriez déçus, pas de performances de poids dans notre petit reportage, mais une rivière magnifique, presque vierge de toute présence humaine à cette période de l’année…


Bref, un véritable rêve éveillé à deux coups de pagaie de notre Berry !


*Jacques Etienne Bovard : "La pêche à rôder"

4 Messages