Publié : 28 décembre 2010

Pêche en canoë à l’AS du Lycée ?

AS du Lycée- Animations UNSS

« Pêche à la jambière » sur le Cher

Si vous arrivez à vous regrouper à 5 élèves,

nous pouvons vous proposer une sortie avant l’ouverture des carnassiers (avant le 14 mai)

de « pêche à la jambière » sur le Cher,

petits poissons (goujons, vairons, ablettes) pêchés à la petite canne dans le courant en remuant le fond avec les pieds…

Pêche des carnassiers : chevesne, sandre, perche, silure, black-bass, brochet

Sandre

Après le 14 mai, nous pouvons vous proposer

une ou deux sorties pêche des carnassiers aux leurres en canoë sur le Cher.

Si vous êtes intéressés demandez des précisions à M. Montagnon professeur EPS au lycée.

N’hésitez pas à demander à consulter le dossier Power Point sur la pêche des carnassiers en canoë disponible au CDI du lycée !
Silure de l'Allier

4 Messages

  • Pêche en canoë à l’AS du Lycée ?

    Juin 2011, par Olivier Lécrivain

    Monstrueux, ce silure ! Je ne sais pas dans quel genre de cours d’eau on trouve des bestiaux de cette taille, mais je sens que je vais y réfléchir à deux fois avant de me baigner...

    • Pêche en canoë à l’AS du Lycée ?

      Juin 2011, par Etienne Montagnon

      Monstrueux est exagéré (1m47 seulement) lorsque l’on sait qu’il y a des bestiaux de 2m50 pour plus de 100 kg, mais en canoë et aux leurres, sur une rivière sauvage comme l’Allier où l’on trouve un arbre mort ensablé tout les 20 mètres c’est déjà un beau coup de ligne...

      Voici un lien pour voir de véritables gros silures : http://siluremax.free.fr/dotclear/index.php?2007/02/28/32-les-silures-de-plus-de-100-kilos

      Quant à la répartition géographique de ce poisson il est partout en France...Pour ceux que cela intéresse voici les étapes de sa colonisation de nos eaux sur ce lien :
      http://siluremax.free.fr/dotclear/index.php?2006/04/24/8-croissance-et-repartition

      Merci de me permettre d’introduire un peu de culture halieutique sur ce blog !

      • Pêche en canoë à l’AS du Lycée ?

        Juin 2011, par Olivier Lécrivain

        Je suis allé sur les deux liens que tu as indiqués ; les silures " livre des records sont vraiment impressionnants et cauchemardesques ! Quant à la répartition géographique, comment peuvent-ils passer d’un cours d’eau à l’autre, alors qu’ils ont été localisés uniquement dans le Rhône en 1975 ?

        Bon, une question idiote : il parait que la chair du silure est comparable à celle du saumon... alors ton " petit" silure, comment tu l’as préparé ? Parce que pour le court-bouillon, à moins de le faire cuire dans une baignoire, je ne vois pas comment on peut s’y prendre !

        • Pêche en canoë à l’AS du Lycée ?

          Juin 2011, par Etienne Montagnon

          Pour la colonisation des cours d’eau, il y a différentes explications plus où moins convaincantes...Les oeufs collés sur les pattes des canards...Les pêcheurs eux même, qui introduisent volontairement des poissons d’une rivière à l’autre, les étangs privés à proximité des rivières peuvent voir leurs hôtes s’échapper lors des grandes crues...N’oublions pas que le silure dans nos eaux, c’est l’occasion de se mesurer à un poissson que seuls les adeptes de la "pêche au gros" pouvaient s’offrir...Il n’est plus nécessaire d’aller pêcher l’espadon à Dakar ou le tarpon dans le golf du mexique...Le silure représente un peu la pêche au gros du pauvre...

          Pour la seconde question, le poisson a été remis à l’eau après oxygénation. Pris le premier jour d’une descente de deux jours, il ne se serait pas conservé et aurait pris trop de place dans un canoë qui doit, outre le matériel de pêche, transporter les tentes, la nourriture etc... La graciation du poisson s’appelle le "no kill" et il est pratiqué par de nombreux passionnés... Je ne suis pas un intégriste de cette pratique, mais j’ai pour principe de ne jamais tuer un poisson que je ne pourrais consommer...Lorsque je conserve un silure pour le manger, je le coupe en tronçons après avoir retiré la peau, cela tient bien mieux dans un congélateur !